Les commanderies (Fourches en Gâtinais)

Maison du Temple de Fourches

Fourches, entre la Chapelle-la-Reine et Le Vaudoué dans la foret, vestige d'une chapelle, carte de Cassini. Département : Seine-et-Marne, Arrondissement : Fontainebleau, Canton : La Chapelle-la-Reine.
On ne connaît pas l'origine de ce domaine, qu'on nommait, au XVIe siècle, l'Hôpital de Fourche, et qui était alors de la paroisse du Vaudoué. Il consistait en une maison avec chapelle dédiée à saint Blaise, et dont les terres, au nombre de plus de 500 arpents, tenaient à celles de la seigneurie de Maurepart, sauf une partie qui se trouvait dans la vallée de Chanlay. On a aucune preuve d'une possession des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem dans ou proche de la Maison du Temple de Beauvais-en-Gâtinais.
Le Commandeur avait toute justice, haute, moyenne et basse, dans l'étendue de son domaine.

Img 835

La maison de Fourche était en ruine au commencement du XVIle siècle et ne fut point rétablie. Jean de Midorge, commandeur de Beauvais-en-Gatinais, permit en 1624, à un frère ermite, de l'Ordre de saint Antoine, du nom de Julien Bardenne, de bâtir près de la chapelle qui était restée debout, une petite maison pour s'y retirer. Par la convention qu'ils firent entre eux, l'ermite devait jouir de toutes les aumônes et oblations de la chapelle, à la charge d'y faire dire une messe chaque année, le jour de saint Blaise, et sans qu'il pût prétendre aucun droit de propriété sur la chapelle qui devait, à sa mort, revenir à la disposition du Commandeur.

Il dépendait, au XVe siècle, de l'Hôpital de Fourche, au lieu appelé Le Bouys,"sis empres le chemin de Boissy à Choisy-Maleslierbes, là ou jadis souloit avoir maison, granche, estables, avec sept vingt arpens de terre appartenant à iceluy lieu, en ruine, friche et non valleur pour ce que passé LX ans en ça, il n'y demoura homme ni femme."
La maison du Bouys fut rebâtie en 1480, mais elle disparut de nouveau au XVIIe siècle,  Les terres de Fourche et de Bouys réunies étaient, avec les droits de justice et de seigneurie, affermées : en 1640, 790 livres, et en 1757, 1,020 livres, plus la charge de faire dire une messe tous les jeudis dans la chapelle de Fourches. 

Sources : les commanderies du Grand-Prieuré de France - Eugène Mannier - Paris, Aubry et Dumoulin, 1872 (Paris)

Fourches Trudon des Ormes

La maison du Temple de Fourches au diocèse de Sens, tout en étant comprise dans la baillie du Temple de France, devait en outre faire partie d'une baillie moins considérable ou subdivision de celle de France, peut-être celle d'étampes. On trouvera dans le Procès le récit de réceptions faites à Fourches « de Furchis », par le trésorier du Temple de Paris, Jean de Tour, vers 1281 « Procès, t. II, p. 283 » et 
vers 1287, à la Saint-Michel. Il s'agit, dans le second cas, de l'admission de Guillaume d'Herblay qui fut aumônier du roi ; parmi les Templiers présents se trouvaient le précepteur de la maison, frère Robert 
et frère Pierre de Cormeilles, précepteur du Temple de Savigny, « Procès, t. II, Pages 299 et 380 (octobre 1307) » : « Apud Furcas in Gastinesio ».
Les dates indiquées ici ne sont d'ailleurs qu'approximatives, car, d'après une autre déposition faite plus tard en 1311, par Guillaume en personne, l'aumônier royal qui était en même temps précepteur 
de la maison du Temple de Choisy, aurait été reçu dès 1284, en la chapelle du Temple de Fourches,
en présence des frères Regnaud de Lagny-le-Sec, prêtre, Guillaume le Lorrain précepteur de Beauvais-en-Gâtinais et Robert le Picard, précepteur de Fourches,, sergents « Procès, t. I, p. 499 ».
Robert le Picard, frère sergent, devait être encore à la tête delà maison vers 1297, car il est indiqué comme ayant assisté à cette époque à une réception faite au Temple de Beauvais que nous venons de citer « Procès, t. II, p. 38 ».
Précepteur de Fourches : vers 1284-1297, frère Robert le Picard, sergent. 


Sources : Trudon des Hormes pour les actes du Procès    

Date de dernière mise à jour : jeudi, 14 Mai 2015